Radars : le jackpot de l’Etat

Vitesse sur les routes

C’est mieux que le gros lot de l’Euro millions. L’état devrait empocher entre 675 et 700 millions d’euros en 2012. Pour éviter de garnir sa cagnotte : lever le pied !

Les radars poussent comme des champignons sur nos routes et autoroutes, se cachent en ville près des feux rouge, sans parler de ceux installés au gré des tactiques élaborés par la police ou la gendarmerie, certains sont même embarqués dans des voitures banalisées : un vrai cauchemar pour les automobilistes même les plus sages ! Les radars ont déjà rapporté « 324 millions d’euros entre le 1er janvier et le 30 juin 2012, et en tenant compte de la corrélation du trafic selon les saisons, l’année 2012 pourrait rapporter jusqu’à 700 millions d’euros selon les estimations de l’Agence nationale du traitement automatisé des infractions (Antai) : un record absolu. Ils étaient 3.700 fin 2011 et seront 4.100 fin 2012 ceci explique cela mais pas seulement. Les automobilistes se relâcheraient-ils ? Cela ne fait aucun doute, depuis le début de l’année, une augmentation de 20 % en avis de contravention et excès de vitesse a été depuis janvier. Depuis le 30 juin, aux termes d’un accord passé entre Paris et Bruxelles, les automobilistes belges flashés en France par des radars automatiques devront désormais payer leur amende, comme c’est déjà le cas pour la Suisse et le Luxembourg.

Pour les associations de défense des conducteurs dits raisonnables, il s’agit là de la mise en place « d’une répression excessive à l’encontre des usagers de la route ». Etienne Coyault, chargé d’études à l’association 40 millions d’automobilistes souligne que ces projections démontrent qu’il y a une augmentation constante du nombre d’automobilistes flashés . La politique de sécurité routière est axée sur la vitesse, or il est désormais certain que la vitesse n’est pas la première cause de mortalité sur les routes.

« Par exemple vous avez en moyenne un radar tous les 1.015 km sur les routes départementales et un tous les 42 km sur les autoroutes. Or seulement 5 à 6 % des tués le sont sur autoroutes : où est la logique ? »
Beaucoup de conducteurs se sentent pris pour « vaches à lait » et traqués comme des délinquants. Le Front National n’a pas manqué de monter au créneau en martelant que les conducteurs français ne supportent plus d’être triplement sanctionnés, financièrement d’abord par le paiement des amendes, pénalement par la perte de leurs points, et enfin socialement par les difficultés professionnelles que ce système engendre.

Archive du vendredi 10 août 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *