Quelles aides pour un jeune agriculteur qui s’implante dans sa nouvelle activité ?

Jeune agriculteur au travail

Vous avez entre 18 et 40 ans, vous disposez de la capacité professionnelle agricole et vous souhaitez vous installer pour la première fois en tant qu’exploitant ? Si vous êtes française, ressortissant européen ou suisse, vous pouvez bénéficier d’aides pour vous installer en France.

Pour cela, il faudra présenter un plan d’entreprise sur 4 ans viable, qui vous permettra de gagner au moins un SMIC et au maximum 3 par mois à l’issue des 4 premières années d’exploitation. Voici l’intérêt de demander des aides, et les dispositifs à connaître pour s’implanter.

Pourquoi demander une aide ?

Démarrer une activité agricole exige des dépenses importantes. Une aide vous permet d’alléger l’impact de ces dépenses sur votre budget et de vivre dignement de votre activité.

Parmi les dépenses les plus lourdes, mais néanmoins indispensables, on compte le matériel agricole, vous aurez une idée des prix avec Rototec. Vous devrez ainsi acquérir un tracteur, des compresseurs, des équipements pour vous protéger, si vous élevez des animaux, vous aurez besoin de clôtures électriques, et de nombreuses machines etc …

Il est quasiment indispensable pour quelqu’un qui démarre son activité de procéder à ces dépenses. N’hésitez donc pas à recourir aux dispositifs suivants, quasiment indispensables pour se lancer.

La dotation jeunes agriculteurs (DJA) et les prêts bonifiés

La DJA est une aide à la trésorerie qui va de 8 000€ à 36 000€ selon le lieu d’installation. Les régions sont libres de majorer positivement ces montants, et ont chacune leurs propres critères d’attribution.

Si chaque région choisit les projets qu’elle soutient, on constate que les projets favorisés sont généralement ceux dont le coût de reprise ou de modernisation est élevé (4000 à 8000 euros), ou les projets d’agriculture écologique.

Les prêts bonifiés sont eux des emprunts à des taux très avantageux, allant de 1% à 2,5% seulement. Cela est permis par la prise en charge par l’État d’une partie du remboursement des intérêts. En zone de plaine, ces prêts bonifiés peuvent aller jusqu’à 11 800€, et jusqu’à 22 000€ dans les zones de montagne ou défavorisées.

La revalorisation des droits à paiement de base

Les agriculteurs de moins de 40 ans peuvent bénéficier du top-up jeune : c’est une revalorisation des droits à paiement de base de 70€ sur les 34 premiers hectares pendant les cinq premières années d’exercice.

Les aides locales et le financement participatif

Vous ne correspondez pas exactement aux critères annoncés ? D’autres recours sont possibles. Vous pouvez présenter votre projet sur une plateforme de financement participatif. Vous pouvez utiliser des sites Internet comme BlueBees, AgriLend ou MiiMOSA, et obtenir du financement contre des compensations.

Si vous ne trouvez pas de site qui vous convient, il est aussi possible de vous informer auprès d’un Point d’accueil installation (PAI) du département dans lequel vous envisagez de vous installer, pour connaître toutes les aides locales disponibles.

Les exonérations de charges sociales

Enfin, sachez que les agriculteurs de moins de 40 ans qui s’installent peuvent bénéficier d’exonérations partielles des charges sociales lors de leurs cinq premières années d’exercice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *