Parisa des Marseillais en Thaïlande de W9 comment a-t-elle surmonté ces accusations ?

Couple se rencontre

Les internautes avaient découvert Parisa sur W9, en étant présenté comme la bookeuse des Marseillais lors de la saison en Thaïlande. Dans la foulée, la jeune femme a été la victime du courroux d’internautes virulents, l’accusant d’être une ladyboy. Mais comment a-t-elle réussi à surmonter ces accusations ?

Parisa est-elle réellement une ladyboy ?

Avant même sa première apparition dans les Marseillais en Thaïlande, Parisa était déjà victime de harcèlement concernant son physique sur les réseaux sociaux. En cause sa prétendue ressemblance avec une ladyboy, le nom donné aux hommes devenus des femmes en thaïlandais.

Peu de temps après, c’est l’apparition d’un cliché montrant Parisa en maillot de bain qui a remis le feu aux poudres. Les internautes ayant découvert une légère excroissance dans son bikini.

Des accusations qui, si elles étaient fausses, ont forcés la principale intéressée à s’expliquer et démentir régulièrement l’information auprès du public, sur ses réseaux sociaux et dans la presse.

Les réponses de Parisa pour surmonter ces accusations

Pour surmonter ces accusations, Parisa est passé par différents stades pour écrire ses réponses. Utilisant l’humour dans un premier temps, elle a, par la suite, choisi de s’attaquer, elle aussi, au physique de ses haters.

Des accusations qui se sont donc révélées être persistantes dans le temps, poussant donc la jeune femme, excédée, à répondre avec virulence. Mais le coup de grâce à cette “affaire Parisa” s’est révélé être un nouveau cliché, montrant Parisa enfant et appartenant au genre féminin.

Pour justifier qu’elle n’était pas une ladyboy, Parisa a donc dû se battre publiquement pendant plusieurs mois, jusqu’à enfin publier un cliché et des informations relevant du privé.

Face à cette histoire, il y a donc une vraie question que l’on est en droit de se poser : Si Parisa était une véritable ladyboy, devait-elle réellement se justifier de la sorte ?

En France un ladyboy doit-il encore se justifier publiquement de son choix ?

Si les ladyboys sont parfaitement intégrés dans la société thaïlandaise, on ne peut pas dire que ce soit le cas en France.

Chez nous la communauté trans reste en effet très peu visible et la moindre exposition publique peut facilement se transformer en harcèlement à grande échelle sur les réseaux sociaux. La communauté se retrouve entre petit groupe et petite communauté locale, Marseille n’y échappe pas et l’on  retrouve des points de rencontre trans comme avec rencontretransmarseille.com.

Mais cela n’empêche pas les rencontre hors de ses proches et les relations à distance, des sites de rencontres se sont formés et aident grandement les rencontres transgenres, on pensera à MyLadyBoyDate et MyTransexualDate.

Déjà en 2015, Karine Espineira, spécialiste de la représentation médiatique des  transidentités, racontait dans les colonnes de France Info : “Les personnes trans fascinent autant qu’elles effraient, parce que, quelque part, elles démontrent par leur existence quelque chose que beaucoup de gens pensaient indémontrable.

En France et plus largement dans l’ensemble des sociétés occidentales, c’est donc notre perception binaire du genre qui fait de la transexualité un tabou qui est encore difficilement acceptable sur la place publique.

Ce constat fait que, effectivement, de nos jours un ladyboy doit encore se justifier publiquement de son choix et subir la haine d’une partie du grand public… Une partie seulement, car les moeurs sont amenés à évoluer avec les dernières générations, plus enclines à débattre de la question du genre et à accepter les différences de chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *