Investir dans l’art – Quand de jeunes artistes peuvent rapporter Gros

Street art avec artiste

Si investir dans l’art était réservé aux classes privilégiées, aujourd’hui cela s’est démocratisé grâce  à sa financiarisation et à la dématérialisation de l’information. Aujourd’hui, nous vous disons tout sur comment investir dans l’art, mais aussi sur quel cheval miser pour bien investir votre argent sur de jeunes artistes !

Investir dans l’art : Comment s’y prendre ?

Il est maintenant très facile d’avoir accès à un catalogue d’artiste sans se rendre en salle des ventes pour enchérir sur des œuvres d’artistes, comme les oeuvres d’art présentent sur Kazoart qui repère les artistes les plus talentueux avant même leur première cotation en salle des ventes, une aubaine.

Avant de se lancer tête baissée dans le marché de l’art, il va vous falloir faire quelques recherches sur l’artiste sur lequel vous souhaitez investir.

Ainsi, apprenez tout sur lui : sa biographie, le contexte de son oeuvre, les prix artistiques s’il y en a, mais aussi si d’autres collectionneurs sont sur le coup ou encore s’il est présent dans des musées.

Vous pouvez également en profiter pour vous spécialiser dans un courant artistique. En tout cas faites-vous confiance et choisissez des oeuvres qui vous feront vibrer !Une fois cette étape passée, nous vous conseillons d’investir dans des pièces uniques si vous cherchez un investissement.

En effet, la valeur d’une oeuvre d’art reproductible aura une valeur beaucoup moins importante qu’une pièce unique et sera aussi moins rare ! Notez qu’il vous faudra absolument tenir compte de la présence de la signature de l’artiste, mais aussi d’un certificat d’authenticité.

Les jeunes artistes à suivre

Si nous vous conseillons de ne pas investir dans l’art classique ce n’est pas sans raison, c’est un domaine où le marché de l’art y est le plus stable, il faut savoir que l’art contemporain voit ses prix s’envoler notamment depuis plusieurs années avec la forte demande pour du Street Art et l’Art Tech.

          Dans le Street Art

Le premier street artiste que nous présentons n’est autre que Shepard Fairey. Il a commencé par sa campagne “Giant Obey”, mais c’est avec son poster “Hope” sur Barack Obama qu’il a été propulsé sur la scène internationale en 2008.

Le style de Fairey est reconnaissable entre mille : un travail qui reprend les codes de la propagande soviétique, la couleur rouge, sa marque de fabrique, ou encore la reprise de slogans comme “Obey” ou “This is your God”.

Le deuxième street artiste, tout aussi iconique que le premier est Bansky. Si celui-ci dissimule sa véritable identité, il reste néanmoins un street artiste qui n’hésite pas à provoquer, à choquer la société par ses oeuvres toujours plus subversives.

Concernant son style, Bansky travaille à partir de pochoirs remplis de détails qu’il crée lui-même. Comme pour Shepard Fairey, il utilise des slogans où le message est souvent libertaire, anti-système ou encore anti-capitaliste.

          Dans l’Art Tech

Là ou il y a également un créneau à prendre c’est au niveau de l’art numérique ou “Art Tech” selon Anne-Cécile Worms, serial entrepreneur dans le domaine de l’innovation et de la culture. Si les Etats-Unis et la Chine a fait le pari sur cette nouvelle forme d’art, ce n’est pas encore le cas par chez nous ! Vous pourrez donc être tout à fait un pionnier en la matière.

Quelques plateformes sur Internet se sont spécialisées dans cette forme d’art hybride et pourrons vous conseiller sur vos futurs investissements. Cependant, parmi les artistes à suivre, nous vous conseillons Bertrand Planes et Félicie d’Estienne d’Orves, deux talents qui restent accessibles.

Le premier fait tout un travail sur le divertissement et le jeu des apparences, tandis que la seconde travaille le jeu de lumière, la sculpture et les nouvelles technologies pour la création de ses oeuvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *