Harcèlement ou de violences psychologiques sur le lieu de travail que faire ?

Persévérance

Un directeur me retire des tâches que j’appréciais et pour lesquelles j’étais hautement qualifié pour les donner à un collègue, petit ami, d’une directrice. Ma hiérarchie raconte partout que, suite à un accident sur le chemin du travail, je fais du cinéma pour « carotter ». Je ne reçois pas le matériel adéquat pour effectuer mon travail dans les meilleures conditions alors que mes collègues ont ce dont ils ont besoin.

Ce qui est décrit ci-dessus est de l’intimidation et ou du harcèlement moral, et personne ne le mérite. On définit ces phénomènes comme un comportement négatif ciblant une personne intentionnellement, de façon répétée et persistante au fil du temps. Voir site harcelement.eu Le harcèlement sur le lieu de travail se développe et beaucoup de gens ont trop peur de s’exprimer. C’est pourtant essentiel de se faire aider tant cela peut avoir un impact sur votre santé. Le harcèlement peut se produire sous plusieurs formes, y compris par courriel et par téléphone, par exclusion délibérée et évitement ; elle peut être personnelle ou liée aux activités professionnelles. Et malheureusement, c’est beaucoup plus fréquent dans le cadre du travail que beaucoup d’entre nous ne l’imaginent.

Pourquoi l’employeur devrait prendre les devants

Les personnes victimes de harcèlement moral au travail peuvent éprouver toute une gamme de problèmes de santé psychologique et physique, ce qui affecte souvent leurs relations avec leur famille et leurs amis et, pour certains, entraîne des troubles de stress post-traumatique.

C’est la responsabilité de votre entreprise de répondre aux besoins de ses employés afin de créer un environnement de travail positif. Ceux qui sont témoins de harcèlement et de ses répercussions peuvent être touchés de la même façon. Dans des cas plus extrêmes, des victimes ont raconté comment l’intimidation en milieu de travail les avait amenés à s’automutiler ou à envisager le suicide. Le rendement au travail est très souvent affecté et, ce qui est compréhensible, les relations professionnelles et personnelles en milieu de travail peuvent rapidement en souffrir.

Ce que l’employeur doit faire pour prévenir le harcèlement

Sachez à quoi ressemble l’intimidation.

Dans un environnement professionnel, cela comprend :

  • les mauvais traitements répétés, y compris l’humiliation verbale,
  • les critiques persistantes et injustifiées,
  • l’isolement
  • l’exclusion des activités sociales.

Les signes évidents sont l’abus physique et ouvertement verbal, mais les signes plus subtils comprennent le sabotage des efforts d’une personne pour réussir.

Soyez à l’affût des cibles du comportement d’intimidation

Certains types de collègues ont tendance à être la cible des intimidateurs en milieu de travail – ceux qui sont très compétents dans leur travail, les favoris de la direction, ceux qui sont bien aimés dans l’entreprise et ceux qui ne sont pas particulièrement agressifs. Prenez note de ceux qui semblent avoir des relations positives et qui ne semblent pas interagir avec un groupe.

Faites la promotion d’une culture positive

Votre leadership donne le ton à la façon dont les employés sont censés se traiter les uns les autres. Précisez dans votre règlement de travail et par vos propres actions quel type de comportement est permis et quels comportements sont expressément interdits. Donner des directives claires sur la façon de signaler les allégations et interdire les représailles contre ceux qui se plaignent.

Enquêtez rapidement sur les plaintes

N’ignorez pas les plaintes directes ou les rumeurs d’intimidation sur votre lieu de travail. Prenez des mesures immédiates, car plus la durée de l’intimidation est longue, plus les dommages causés à la victime et la responsabilité potentielle de votre entreprise sont importants. La réalité est toute autre, la majorité des intimidateurs seraient des patrons ou des managers. Dans une enquête réalisée auprès de personnes harcelées, il ressort que les victimes estiment que leur employeur passait outre ou même encourageait des comportements de harcèlement voire niait même son existence. Dans ces cas, il est impossible pour les employés de se sentir en sécurité ou d’avoir la confiance ou la capacité d’être productifs et heureux dans leur travail.

Offrez de la formation aux superviseurs et aux employés

Vos politiques ne signifieront pas grand-chose si les superviseurs ne les comprennent pas et ne savent pas comment les appliquer. Les manageurs doivent savoir comment identifier les cas de harcèlement moral, enquêter équitablement sur les allégations, protéger la vie privée et prendre les mesures disciplinaires appropriées à l’endroit des contrevenants. Et si les employés ne sont pas informés de leur droit et de leur responsabilité de signaler un tel comportement, ils continueront à travailler en supposant que l’employeur ne prend pas cela au sérieux.

Ce que les victimes de harcèlement peuvent faire

Bâtissez un réseau de soutien au travail et à la maison pour accroître votre confiance et votre résilience

Trouvez des collègues qui soutiendront votre lutte contre ces brutes sera un bon point de départ, et vous pouvez aller plus loin – chercher à renforcer les relations positives avec les autres dans le bureau, et tirer le meilleur parti des amitiés en dehors du travail, l’aide d’un professionnel peut être une très bonne idée.

Parlez à votre patron

Planifiez une réunion lorsque vous êtes calme et rassemblée, et ayez un recueil dans lequel vous avez noté tous les faits de harcèlement. Il est important que de le faire, car cela mettra en évidence la persistance du comportement des intimidateurs envers la victime. Inclure des preuves provenant d’autres personnes dans le bureau, si elles sont disponibles. Il faut préparer la réunion et avoir des notes rédigées à l’avance. Il est essentiel de se concentrer sur la façon dont le comportement des intimidateurs vous affecte et sur la façon de rendre votre cause aussi solide que possible.

Déposez une plainte si nécessaire

Si le harcèlement se poursuit et que votre patron ne fait rien à ce sujet, ou que sa solution n’est pas efficace (ou qu’il s’avère que votre patron favorise le comportement de vos harceleurs), vous devriez faire remonter une plainte en interne en suivant les procédures propres à votre employeur. Le service des ressources humaines devrait pouvoir vous donner des renseignements sur la façon de procéder. Si cela ne résout pas le problème, alors, même s’il n’est pas possible de s’adresser directement à un tribunal du travail pour harcèlement moral, les plaintes peuvent être portées devant un tribunal en vertu des lois couvrant la discrimination et le harcèlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *